Ouessant, surnom « L’île d’épouvante »   20 comments


 

Géographiquement, Ouessant se trouve à proximité du passage obligé des navires qui quittent l’océan Atlantique pour remonter la Manche ou qui redescendent de cette dernière.  L’île se voit de très loin par temps clair, 20 milles environ, et pourtant… son surnom n’est hélas pas usurpé :  récifs, brouillard, tempêtes, courants, tous ces éléments se trouvent réunis ici et ont provoqué depuis toujours des naufrages nombreux et meurtriers.

362

381

 

Le premier phare ne fut érigé et mis en service qu’en 1700 (le Stiff) et il faudra attendre 150 ans pour qu’un second soit construit (le Créac’h). Trois autres ouvrages viendront ensuite compléter le dispositif de signalisation de l’archipel (La Jument, Kéréon et Nividic).

Petit retour sur la carte de l’île pour les situer

081

 

Le phare de Kéréon nous l’avons déjà “aperçu” en arrivant au port ce matin. (voir billet précédent)

 

Nous quittons maintenant Lampaul à pied en direction du phare du Créac’h. Ses dimensions imposantes le rendent visible de loin.

340 342

 

Sur la petite route qui nous y conduit, nous découvrons la présence d’un moulin à vent, le moulin de Karaes.

409

 

et nous apprenons qu’en 1759, Ouessant comptabilisait quatre grands moulins seigneuriaux et trente-deux autres plus petits qui, à eux tous, ne suffisaient pas à moudre les récoltes d’orge de l’île.

Au début du XXème siècle, pour une population de 2 900 âmes, on dénombre une centaine de petits moulins, les grands étant progressivement abandonnés. Le renoncement au pain d’orge pour du pain à base de froment importé entraine petit à petit la disparition des moulins. (la culture de l’orge est alors remplacée par celle de la pomme de terre)

Le moulin de Karaes est le seul qui ait été conservé et restauré en 2004

346 348

 

Le phare du Créac’h est devant nous

350

355 400

 

Hauteur 54,85 m  (74,60 m au-dessus du niveau de la mer), portée 32 milles (59 km environ)

Sa mise en service remonte à 1863 et son électrification à 1888.

359 357 361

358 367

 

L’ancienne centrale électrique du phare a été aménagée en musée des phares et balises qui reçoit la visite de plus de 20 000 visiteurs annuellement.

375

 

On s’éloigne du Créac’h

382 379

 

 

et on poursuit vers le phare de Nividic (hauteur 35.55m) qui lui, n’est pas érigé sur l’île mais à un demi-mille de la côte. Le littoral est toujours exceptionnellement beau, on s’attarde pour l’admirer

383 384

380

 

Erigé sur la roche de Leurvaz an Idivig, Nividic apparaît

396

374 377

 

Vingt-quatre ans furent nécessaires pour sa construction (1912-1936), c’est dire les difficultés rencontrées ! Lors de son premier allumage, il fut désigné comme “record du monde du génie français” par la presse de l’époque.

386

 

Deux pylônes en béton y ont été adjoints pour permettre à l’aide de câbles, d’assurer son alimentation électrique et la circulation d’une nacelle pour le transport du personnel d’entretien et du matériel.

395

387 385

 

Pendant la guerre et jusqu’en 1952, le Nividic est laissé à l’abandon, les câbles se rompent. Une tentative de remise en fonction a lieu en 1953 mais les pannes sont nombreuses. En 1971, une petite plate-forme permettant l’atterrissage d’hélicoptère est aménagée au sommet de la lanterne permettant la remise en état du phare et sa maintenance. En 1996, il est électrifié par panneaux solaires.

392

 

Publicités

20 réponses à “Ouessant, surnom « L’île d’épouvante »

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. nividic, brouillard, tout un contexte….

  2. Qui voit Ouessant voit son sang….
    Et quand on pense qu’il y a des habitants là-dessus. Quel courage!

  3. Rien que par la carte, cette île mérite son surnom d’ile d’épouvante. Heureusement qu’il y a ces phares. Nividic est une vraie prouesse, flanqué de ses deux pylônes

    • Sa forme me fait penser à un crabe géant !
      Beaucoup des phares érigés en pleine mer ont du nécessité des prouesses incroyables pour leur construction et quelle vie pour les gardiens lorsqu’ils habitaient sur place !

  4. Les rochers doivent être encore plus mystérieux par temps de brouillard !
    Une balade virtuel passionnante.

  5. Toujours un vrai régal que tes billets. Ouessant, souvenir d’une belle balade dans cette île avec des paysages spomtueux.Ce jour -là ,pas loin du Créa’ch il y avait des moutons prés de leur abri en pîerre si je me souviens bien à côté du musée. Merci pour ce tour des phares bretons.

  6. Spectaculaire spectacle que ces rochers aux allures si particulières ! Merci Jacques… bon week-end !

  7. spectaculaire Ouessant comme toujours ♥ et les moulins restaurés c’est superbe !

  8. Merci pour cette belle balade, et il me semble que la suite du proverbe « qui voit ouessant voit son sang.. »est « ..qui voit sein voit sa fin ».
    J’attends avec impatience le prochain reportage sur l’île de Sein 😉

    • Il existe plusieurs proverbes concernant Ouessant et les îles bretonnes.

      « Qui voit Ouessant, voit son sang
      Qui voit Molène, oublie sa peine
      Qui voit Sein, n’a plus peur du lendemain
      Qui voit le Fromeur, entrevoit le bonheur »

      ou encore

      “Qui voit Belle-île voit son île, qui voit Groix voit sa joie, qui voit Molène voit sa peine, qui voit Ouessant voit son sang”

      et peut-être d’autres encore…

  9. Je reviens de Plouarzel et j’ai vu les phares s’éclairer dans la tempête…
    Je n’aurai pas voulu prendre le bateau le weekend…
    Tes photos et ton reportage méritent de figurer au phares et balises !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :